ET SI BLANCHE NEIGE DEVENAIT NOIRE ? (REPRÉSENTATION)

1 juin 2017











You cannot win an Emmy for roles that are simply not there. So here’s to all the writers, the awesome people that are Ben Sherwood, Paul Lee, Peter Nowalk, Shonda Rhimes, people who have redefined what it means to be beautiful, to be sexy, to be a leading woman, to be black." Viola Davis




Il y'a quelques semaines, j'ai eu une conversation intéressante avec une connaissance, elle portait sur la question de la représentation audiovisuelle et culturelle. Les principales questions qui sont ressorties de notre conversation sont les suivantes :  Est-ce que tout le monde devrait être représenté ? Peut-on continuer à enfermer les minorités dans des cases ? La représentation est-elle vraiment nécessaire ?

White Washing


Commençons par le white washing, cette méthode qui consiste à blanchir un personnage réel ou fictif racisé. Une question me vient à l'esprit : pourquoi est ce que les acteurs blancs peuvent ils jouer des racisés ? 



On dit très souvent aux personnes racisées que le white washing n'a aucune importance. Sauf que le white washing ne marche que dans un sens.  Imaginez si on prenait Ken Watanabe pour interpréter le rôle de John Kennedy ? On aurait alors droit à une polémique sans fin, alors que Matt Damon peut jouer le rôle d'un héros chinois sans aucun souci. 

Incohérent ? Inégalitaire ? Oui. Je pense notamment aux nombreux scandales concernant l'interprétation de personnes blanches par des acteurs racisés. Je me souviens de la polémique raciste à propos du  rôle de Idriss Elba, qui interprétait un dieu scandinave. Il n'était soi-disant pas assez blanc. Néanmoins personne ne s'insurge  quand ces choses se font dans l’autre sens.. Il s’est passé exactement la même chose  concernant Hermione a été  interprétée par une femme noire.  On avait eu alors droit à : Hermionne est blanche, elle est rousse, les noires ne peuvent pas être rousses. 
Par contre, ces personnes ne trouvent rien à dire quand Katniss est incarnée  par Jennifer Lawrence, alors que dans les livres, elle a le teint olive et les cheveux noirs, un physique très éloigné de la star américaine, qui est blonde aux yeux bleus. 

Le white washing ne mène strictement nulle part, d'ailleurs la plupart des films ayants recours à ce procédé, sont des échecs cuisants aux box-office. 
Mais alors, pourquoi doit-on white washer les personnages ? De plus, le white washing ne laisse pas de chance aux acteurs non blancs ont déjà plus de difficultés à trouver des rôles. Par conséquent, leur voler des rôles qui leur reviennent de plein droit, est un autre moyen de les effacer de l’écran. 

Si je vais au  cinéma  voir un film portant sur la vie d'Indira Gandhi, c'est pour voir une actrice d'origine indienne interpréter son rôle, et non pas  une suédoise avec les traits d'Alicia Vikander. Cela marche également pour les adaptions de bandes dessinées, de mangas, et de romans,  mais aussi pour les rôles de personnes issues des minorités sexuelles. En effet, pourquoi choisir des personnes cisgenre pour jouer le rôle d'une femme trans ? Ce n'est pas comme si les personnes transgenres n'existaient pas. 


Interrogation et questionnement sur les minorités et leurs représentations


La représentation dans le monde audiovisuel, plus largement culturel, est non racisée et hétérosexuelle. On sort peu à peu des sentiers battus, avec de nouvelles perspectives pour les personnes racisées. Toutefois, la question est toujours d'actualité, on constate toujours un manque de diversité. 


J'ai grandi avec les films Disney; ils ont bercé mon enfance. J'ai regardé tous les films. De Pocanhontas à Blanche Neige, je les ai tous vu. Si je ne n'accordais pas d'importance à la question de la représentation, en revanche j'étais toujours étonné  de ne pas voir de princesse noire. Cela ne me posait pas de problème de voir des princesses au teint olive ou pêche, mais le manque de princesse noire était flagrant. On a du attendre 2009 pour voir le premier film Disney, avec comme personnage phare, Tiana, la première princesse noire. 

La représentation est primordiale, sinon cela conduit à une invisibilisation de certaines populations. Ou suis je  ? Est ce que j'existe ? Je ne dis pas que les minorités (raciales/sexuelles) n'existent pas, cependant on les oublie, on les édulcore. On  peut s'identifier à un personnage, cela permet de se dire '' tiens je suis une partie du plan''. Vous n'imaginez pas à quel point, je suis excitée par la sortie de Black Panther en 2018. 

Je me souviens des commentaires facebook à propos d'un super héros Marvel gay, j'étais effarée de voir à quel point les gens étaient si sexuellement orientés. Les commentaires étaient du type : '' a t-on vraiment besoin d'un héros gay ?'' ,'' Pourquoi préciser sa sexualité ? Les héros sont  universels" ou '' Faut arrêter de revendiquer n'importe quoi". En effet la quasi majorité des personnages (films/animés) sont hétérosexuels, mais   pourquoi faudrait il que les choses soient ainsi ? Pourquoi ne pourrait on pas voir des super héros LGBT ? Et c'est la que la représentation intervient. Ne pensez vous pas que des jeunes LGBT seraient heureux de se voir à l'écran ? Devrait on se limiter à un modèle universel ? Les minorités ne sont pas responsables/coupables de l’absence de représentation, ou du fait que les représentations se limitent à un (de surcroit) à un homme blanc et hétérosexuel. 


Cela me fait d’ailleurs penser à la nouvelle représentation qu'on donne à certains personnages, autrement dit le fait de changer leur apparence ou identité. Dans les nouveaux comics de Marvel, Iron Man a été remplacé par une jeune fille noire.  J'avoue avoir eu une réaction mitigée au début. D'une part, c'est une merveilleuse nouvelle, car cette jeune femme apporte encore plus de diversité. Ainsi les filles noires pourront se reconnaître dans le personnage. D'une autre part, je pense que  ce n'est pas une si bonne idée, car je préfère voir la création de nouveaux personnages que de reprendre les anciens et changer leur apparence.



Pourquoi ne pas créer de nouveaux personnages ? C'est comme pour la reprise de James Bond, l'un des premiers choix se porte sur Idris Elba. Néanmoins, nous savons tous qu'il risque de ne pas interpréter le personnage de James Bond, car on a bien insisté sur le côté ''british'' de James Bond (blanc). Idris devrait avoir un rôle sur mesure, au lieu de se prendre la tête pour jouer le rôle d'un personnage fictif, qu'on souhaite continuer à voir blanc. 



De plus,  je vous avouerais  que je ne suis vraiment pas fan de l'idée de reprendre et  modifier l'apparence des personnages. Mes propos peuvent sembler superflus, mais j'ai beaucoup de mal à me faire avec cette idée. Peut être que l'apparence et l'identité comptent beaucoup trop pour moi. Est ce que je pourrais voir Captain America sous l'apparence d'un homme pakistanais ? Ou Black Panther en blanc ? 

Cela  peut paraître futile et sans importance, pourtant l'identité est au coeur du personnage. Je ne dis pas qu'on ne peut pas transposer Captain America dans un homme pakistanais (je sais qu'un Américain est une personne de nationalité américaine), cependant j'aurais beaucoup trop de mal à voir cette image. Peut être parce que je me suis trop habituée à voir Captain America, blond et grand, et cela va de soi pour tous les autres personnages. 


Le cas français


Les minorités sont clairement absentes du paysage audiovisuel   français. Par exemple, j'ai vu peu de films français qui n'accentuaient pas les clichés/stéréotypes/préjugés sur les minorités. On nous dépose dans une case, dont on peut rarement sortir. avez-vous déjà vu un film fidèle à la réalité des racisés/pauvres/ ou à la réalité de la France?  On a surtout le droit à deux perspectives : 


  1. La banlieue est l'un des sujets  les plus représentés au cinéma, mais aussi le plus négativement dépeint. Quand on parle de banlieue dans un film, on pense avant tout  à des jeunes issus de l'immigration nord africaine ou subsaharienne, vivant dans des cités et n'ayant aucun but dans la vie. Les femmes nord africaines sont toujours soumises à leurs grands frères, qui restreignent leur liberté. Elles finissent toujours par tomber amoureuse du héros non racisé, qui la sauve des griffes de ses parents et de ses  frères intégristes/arriérés. Les subsahariennes,elles, sont  dépeintes/réprésentées comme jeunes adolescentes traînant et criant dans les transports, des jeunes femmes désillusionnées, des mamans ne parlant pas un mot de français et élevant 7 enfants dans un HLM pourri. Je ne préfère pas même évoquer le cas des Asiatiques, qui sont complètement invisibilisées. Les films sur la banlieue sont toujours acclamés, bien que la plupart soient extrêmement mauvais et réducteurs. 
  2. Les minorités sont des personnages secondaires sans aucun intérêt : le meilleur ami gay, la baby sitter noire.

Et on ne fait rien pour changer l'image que véhicule certains films, il faut attendre d'avoir d'autres point de vue. C'est pour cela que je salue les films de réalisatrices telles que Amandine Gay, Maimouna Doucouré, ou encore Alice Diop. Je trouve que c'est rafraîchissant d'avoir d'autres angles sur la place et la représentation des minorités en France. Au lieu de toujours nous abreuver des mêmes clichés, pourquoi ne pas montrer une autre facette ? C'est pourquoi j'ai adoré Divines. Pour une fois, on montrait bien plus que le désespoir des femmes en banlieue. 

Je pourrais également ajouter le film Ouvrir la Voix. En effet,  les femmes noires sont au centre du documentaire réalisée par Amandine Gay. Elles ne sont pas femmes de ménage, ni nounous, ni d'adolescentes criant dans le métro. On s'interroge sur leur parcours, leur place en tant que femme noire; on cherche pas à romancer ni à imaginer des réalités superficielles. On est dans le réel, on ne fait pas d'entremêlements sur les expériences d'une femme noire, en pensant qu'elle est commune à l'ensemble des femmes noires. 


A mon avis,  ce ne serait pas une si mauvaise idée d'aller voir plus loin "que l'héroïne est soumise à sa famille et son grand frère surveille ses moindres faits et gestes'', car ce motif n’a jamais marché et nous nous mènera jamais à rien. C'est du vu et du revu, sachant qu'on  a droit à un film de ce genre au moins tous les deux ans.  Il ne faut pas oublier que le monde du cinéma français est relativement fermé, ce qui laisse peu de place à certaines visions. 

Avoir une vision inclusive ne devrait pas être considéré comme quelque chose de négatifÇa ne sera pas un drame de voir à l'écran une Wonder Woman chinoise et bouddhiste, ni un héros péruvien trans etc. 

NB: On nous a demandé de mieux aérer les parties des articles (en titrant les paragraphes), de faire en sorte que le  contenu soit beaucoup moins lourd (tous les articles sont en révision). Qu'en pensez vous ?  

Enregistrer un commentaire

Nous vous remercions pour vos commentaires.

Copyright © Aloha Tallulah. Design by FCD.