DÉSEXUALISER LES FEMMES (SELF LOVE & BODY POSITIVE)

16 avril 2017


A consequence of female self-love is that the woman grows convinced of social worth. Her love for her body will be unqualified, which is the basis of female identification. If a woman loves her own body, she doesn't grudge what other women do with theirs; if she loves femaleness, she champions its rights. It's true what they say about women: Women are insatiable. We are greedy. Our appetites do need to be controlled if things are to stay in place. If the world were ours too, if we believed we could get away with it, we would ask for more love, more sex, more money, more commitment to children, more food, more care. These sexual, emotional, and physical demands would begin to extend to social demands: payment for care of the elderly, parental leave, childcare, etc. The force of female desire would be so great that society would truly have to reckon with what women want, in bed and in the world. Naomi Wolf 

Aujourd'hui, je reviens vers vous avec un article beaucoup personnel, j'avais quelques doutes concernant l'orientation qu'il devait prendre. 
Je devais absolument l'écrire, je n'aurais jamais pu penser le dire, mais je suis heureuse d'être une femme. Ridicule ? Cliché ? Je ne préfère pas me poser la question. 
Étant ado, je me détestais, je trouvais ça horrible d'être une femme. J'apparentais mes règles à un supplice sans fin, je souhaitais être un garçon pour avoir beaucoup plus de mouvements et de liberté. Trêve de plaisanterie ! Cet article ne porte vraiment pas sur mon vécu d'adolescente. 
En ce qui concerne le titre, il s'est pose de lui même, vous connaissez mon amour pour les titres qui attirent l'attention / donnent envie de lire la suite. 

Free The Boobs, Free The Body Hair, Free the Body... Depuis une certaine période, je ne cesse de voir des mouvements qui prône la liberté et l'autonomie du corps féminin. 
Je ne vais pas vous mentir en disant que cela fait du bien de voir ça, de se libérer de la pression sociale qui est omniprésente, de respirer et de passer outre.

Par ailleurs, je ne sais pas si je suis la seule à être réceptive / captivée, mais j'adore voir les corps de femmes totalement affranchies que ce soit sur les réseaux sociaux ou en réalité. 
Je suis de plus en plus consciente, le body posi commence à prendre de plus en plus de place dans mon féminisme. Je suis émerveillée devant tant de self love, que cela prenne place en réalité ou sur les réseaux sociaux. Le fait de voir ces corps féminins sans aucun contrôle et totalement libérée des normes sociales est un vrai plaisir. Il  y a cette femme qui a retourné mon esprit, elle se promenait, on pouvait apercevoir sa poitrine généreuse dans le débardeur le plus serré qu'il soit. Pourtant ça ne la gênait nullement, je ne vois pas très souvent des femmes aux gros seins sortir sans soutien gorge dans la rue. Je trouve ça libérateur parce que souvent le Free The Boobs se fait voir sur des petits seins. 

Ayant été marquée par les standards et critères de beauté, le body positive me fait un bien fou. On part sur tous type de corps sans oublier de mettre en lumière les modèles qu'on considère comme moins " conventionnels". Ne plus voir uniquement des nanas aux seins qui tiennent parfaitement, avec des abdos ne fait qu'accentuer mon self love (qui est loin d'être au top). Quand je vais sur les comptes body posi, je suis juste frappée d'admiration devant toute cette diversité. Par exemple, je vois ces femmes plus size qui sont RADIEUSES ET ABSOLUMENT SUBLIMES. Elles n'ont pas besoin / ne ressentent pas le besoin d'être lisser pour se conformer. 

La représentation change, je me souviens qu'on voyait souvent cette image fille ronde = veut maigrir à tout prix.Ça me rappelle toutes ces années de dénigrement et de manque d'estime pour atteindre un idéal qui n'existe pas. Je ne vous dis pas tout cela en étant 100%  amoureuse de corps, mais pour une fois depuis bien longtemps je me sens BIEN. Toutefois il m'arrive toujours de me dire que ces poignées d'amour ne sont pas la bonne place, que ce ventre doit disparaître... Ce n'est plus quotidien, je ne me lamente plus 365 jours sur mon corps. 

Puis le self love est tellement revitalisant, vous n'avez plus cette haine permanente, je n'irai pas à jusqu à dire que je suis amoureuse de mon corps. Mais il m'arrive de bien me sentir dans ma peau, sans aucun complexe. 

Comment est-ce que le body positive a-t-il permis la réappropriation de ton corps ? 

Personnellement, cela a commencé par voir les actions body-positives d’autres comptes Twitter. Un des trucs qui m’a fait le plus de bien, c’est de me voir représentée en tant que personne grosse, de trouver cela beau et surtout de lire beaucoup sur le sujet en parallèle de photos, dessins etc. Petit à petit, j’ai réussi à me débarrasser du dégoût que j’avais pour ce corps qui m’a tant blessé. Certes, la confiance en soi est toujours fragile mais à l’heure actuelle, je peux me regarder dans le miroir, ne plus me sentir insultée par « grosse » (bah oui, on nous éduque sous le diktat de la minceur) et surtout je suis capable d’envoyer se faire voir un homme ou une femme qui estime devoir valider mon corps ou le critiquer. Ensuite, j’ai commencé à faire des nudes, d’abord gênée puis de plus en plus à l’aise et surtout surprise de me trouver belle avec un peu de recul. Je les ai partagés d’abord dans le cadre de relations (sexuelles ou amoureuses) et récemment sur un compte Twitter privé. J’ai donc commencé à exposer mon corps, ce qui était un truc qui me trottait dans la tête depuis un moment. Je ne regrette pas et je me suis rarement sentie aussi puissante à la fois de disposer de mon corps et à la fois de voir l’effet qu’il peut avoir sur les autres. Si j’ai longtemps été une fille discrète voire cachée, je suis plutôt fière de voir qu’à travers ses mouvements féministes, j’arrive à me libérer et surtout à beaucoup moins culpabiliser. En résumé, j’ai beaucoup gagné en confiance en moi, j’ai appris à aimer un corps qu’on m’a fait détester trop longtemps et surtout je me trouve belle et sexy. Merci le féminisme, merci le bodypositive.

2. Penses-tu que nude et body positive sont liés ? 

Je dirais oui et non. Je ne pense pas que le body-positive est uniquement synonyme de nudes. Le body-positive est plus large que cela, il ne se résume pas aux photos mais s’intéresse aussi aux propos que l’on défend. C’est un mouvement qui vise à montrer et à faire accepter que tous les corps sont beaux, sexy et désirables. Toutefois, les nudes peuvent aussi exister en dehors du body-positive, on peut prendre des nudes pour se sentir bien, pour les partager avec son.sa.ses conjoint.e.s, ses ami.es… et le tout sans forcément rechercher un objectif militant. Seulement, l’avantage du nude bodypositive, c’est ce qu’il expose la réalité des corps, leur beauté dans ce but. En cela, je pense que le nude est un aspect essentiel du body-positive même si on peut avoir envie de défendre le mouvement sans faire de nudes soi-même.

Que penses-tu des nombreuses critiques envers les jeunes femmes publiant des nudes ? Ou étant pro nudes ?  

Ça m’énerve. Déjà, c’est majoritairement fondé sur le slutshaming, or mes followers savent très bien que le slutshaming et moi, on n’est pas copains. On en revient à cette saloperie de patriarcat qui veut contrôler le corps des femmes et ne supporte pas qu’une femme assume son corps et sa sexualité, surtout si elle l’affiche. Alors, on la shame en espérant la faire rentrer dans le rang. Le féminisme, c’est d’abord supporter les femmes peu importe ce qu’elles font de leurs corps ou de leurs vies. Donc, elles sont libres de faire des nudes, de les partager ou non, de ne pas en prendre etc. Personnellement, j’ai pris le parti de répondre « oui » quand on me dit que je suis une « salope » parce que, selon leurs critères, c’est vrai et ça me fait gagner du temps car ça calme les rageux.ses de te voir assumer. Sur la grossophobie, le slutshaming et les nudes, je voudrais ajouter quelque chose qui me touche plus personnellement. Si une personne mince est attaquée sur ses nudes, sa sexualité, une personne grosse sera plus facilement attaquée sur la forme de son corps, son poids etc. Ce qui ressort souvent, ce sont souvent tous ces clichés faux et la gêne de nous voir. Cela blesse. Pour nous, la libération est d’autant plus nécessaire qu’elle permet de se détacher de ses commentaires afin qu’ils nous atteignent moins (ou de tenter au moins). Je pense notamment à l’importance attachée au fait de faire accepter le terme « grosse » comme une réalité. Je suppose que quand on se déconstruit sur la question, on n’arrive à ne plus (ou moins) se sentir rabaissée par ce terme pourtant souvent lancé violemment comme une insulte.
Une autre chose qui m’énerve plus personnellement, c’est le fait que sous le prétexte que j’ai un visage fin, qu’on me trouve jolie en ne voyant que celui-ci, les gens m’imaginent systématiquement mince alors que ce n’est pas le cas. Là encore, on voit ce schéma mental où tout le monde imagine les autres minces et est donc (presque) déçu d’apprendre que ce n’est pas le cas (je l’ai vécu dans des relations hors amitié par exemple). Or, c’est blessant, pourquoi forcément imaginer mince quelqu’un qu’on aime bien autrement que pour conforter les schémas mentaux bien établis ? C’est blessant pour moi. J’ai évité le fétichisme jusqu’à maintenant mais c’est fatiguant de voir les gens surpris quand tu dis que tu es grosse surtout quand j’estime que mon corps n’est pas une variable pertinente.

D'après tes expériences, pourrais-tu dire que le body positive est un enjeu féministe ?

Pour moi, oui, je pense que l’acceptation des corps de chacune est un enjeu féministe. Certes, c’est aussi une grosse part de la lutte anti-grossophobie mais le féminisme recherche l’égalité des sexes et surtout une vraie liberté des femmes. Or, cette dernière passe aussi par la réappropriation des corps surtout pour celles jugées parce qu’elles ne rentrent pas dans les codes sociaux actuels. C’est la définition même du body-positive : tous les corps sont beaux. J’ai du mal à imaginer un féminisme qui ignorait le body-positive alors que le corps des femmes est au centre des luttes et surtout un féminisme dans lequel les femmes jugeraient sans vergogne le corps des autres Ça, c’est un féminisme dont je n’ai pas envie. Pour moi, la solidarité est essentielle et le jugement inexistant.

A ton avis, pourquoi la sexualisation des femmes est-elle nocive et aberrante ?

La sexualisation, c’est malsain par définition. En tant que femmes, nous sommes sexualisées en permanence. C’est étouffant, c’est fatiguant, c’est oppressant de voir des hommes nous imposer leurs désirs en ayant l’idée qu’une femme est à la disposition du saint homme sauf si elle « appartient » à un autre. Bon, certes, c’est le principe du patriarcat et on va le casser. Je veux dire à quel moment c’est normal de se faire siffler dans la rue ? De se faire agresser sexuellement ou violer parce que monsieur « avait envie de » nous ? A quel moment on est censée se réjouir d’un compliment qu’on n’a jamais demandé ? Spoiler : « t’es bonne « n’est pas un compliment. Toutefois, le pire dans cette sexualisation, c’est qu’elle nous retire la maîtrise de nos corps et surtout le choix du moment où on veut être sexualisée. Encore une fois, un homme nous impose ses désirs sans consentement, il choisit de nous voir comme objet sexuel alors que ce n’est pas notre souhait. Pour en revenir aux nudes, ils sont encore plus une cible de sexualisation parce que ce sont souvent des parties directement associées à la sexualité qui sont montrées : seins, fesses, pubis etc. Cependant, je ne considère pas les nudes comme un acte sexuel par définition. Dans un certain cadre où la personne se sexualise volontairement parce qu’elle en a envie, pas de problème, je pense notamment au sextalk. Toutefois, poster un nude n’est pas synonyme de volonté de sexualisation par la concernée, elle peut avoir juste envie de partager des photos qu’elle trouve jolies et qui la font se sentir bien. Dans ce cadre, le regard des hommes (les plus concernés let’s be real) qui sexualise une femme qui n’a rien demandé mène à bien des malaises. Ce n’est pas normal. Sur mon compte secret, j’ai accepté des ami.e.s proches parce que je poste pas des nudes dans un but sexuel mais pour me sentir bien. La sexualisation doit être un choix personnel dans un temps et un lieu choisis.

Pour finir, as-tu une opinion sur les nouvelles initiatives féminines qui consistent à disposer librement de son corps ?

I’M ALL FOR IT et pour preuve, j’y participe aussi. Quand les gentes comprendront que nos corps appartiennent à nous et seulement à nous, qu’on peut les mettre dans une robe de nonne ou en bikini, qu’on peut être grosse, mince, triangulaire et qu’ils n’ont pas leur mot à dire, on aura un peu avancé.

Propos de Bérangère (@Pandasteroide). 

De surcroît j'aime ces femmes qui assument  leurs poils sur le corps,  alors que nous savons très bien que dans la société occidentale dans laquelle nous vivons, on n'aime pas trop voir des femmes poilues. Quand vous êtes poilues ou atteintes d'hyperpilosité (hypertrichose et hirsutisme), vous désespérez un peu beaucoup. J'ai longtemps chercher à savoir si un jour je rentrerai dans le moule, je vous avoue avoir été beaucoup moins dure avec ces poils. Le slogan " Free The Body Hair " me permet de relativiser la chose, de me dire " tes problèmes de pilosité n'ont pas à te bouffer la vie h24". 
Cette initiative de montrer ses poils est avant tout une preuve de self-love, d'oser et de montrer le chemin à d'autres. Ça change de ce que vous pouvez voir dans les publicités et compagnie, vous savez ces fameuses phrases qui peuvent venir en tête " tu es horrible avec tes poils, décolore les ou épile toi". A mes yeux on minimise la souffrance des femmes ayant des problèmes de pilosité,  on ne se rend pas compte à quel point ça déteint sur une femme. D'une part on peut être très heureuse avec ses poils, d'autre part on peut vivre un véritable calvaire. 

En effet, je suis fatiguée de voir les regards  incessants sur mes avant bras quand je porte un tee shirt, j'ai l'impression qu'on essaie de me dire :  Va t'épiler, curieux qu'elle soit autant poilue sur cette partie du corps... Les gens sont vraiment bien mignons, il ne suffit pas que je les épileL'épilation à la cire n'est pas concluante quand vous êtes atteintes d'hyper pilosité, pensez vous vraiment qu'on a le temps de s'épiler toutes les semaines, voire tous les cinq jours ? 

A plus d'un titre la réappropriation du corps féminin (et tout ce qui va avec) est un enjeu féministe, le fait de reprendre possession de nos corps est nécessaire. Ajoutons également la question du choix de le montrer ou pas, chose dont on a encore du mal à s'y faire. Pourquoi devrons blâmer une jeune fille qui montre son corps sur les réseaux sociaux ? Parce qu'elle ne se respecte pas assez ? 

Cette question d'indépendance et d'autonomie du corps féminin est tellement juste et importante. 
Il est primordial de se libérer de cette "emprise" sur nos choix, que ça soit pour sortir en mini short, fait de demander une stérilisation ou d'allaiter son enfant en public. Je trouve que ce sont des questions qui ne devraient même pas se poser. Nous devrions être libre de pouvoir tout faire et assumer sans risque d'outrage et de propos déplacés à notre égard

J'avais lu un article sur les femmes qui demandaient une stérilisation définitive, le manque de soutien des médecins m'avait choquée. On essayait de les dissuader car elles voudraient forcement d'autres enfants par la suite. Est ce si dur à comprendre que nous sommes sures de nos choix ? Si on envisage une stérilisation définitive c'est qu'il y a une raison. 

Penses tu que le féminisme et la nudité sont ils conciliables ? 

Oui. Faire ce qu'on veut avec son corps que ce soit s'habiller ou sortir avec les seins nus. Disposer de son corps sans que les hommes aient un avis positif ou négatif à donner sur ce qu'on porte ou pas. Ça marche pour les femmes qui s'habillent de la tete au pied. Je pense que c'est dommage d'en arriver à un certain point ou les hommes peuvent être nus tandis qu'une femme se fait insulter. Dommage que ce soit pas évident. Revendiquer la liberté est valable pour les hommes et les femmes. 

A ton avis, pourquoi reçois tu énormément de critiques et de commentaires négatifs sur tes photos ? 

De la part des femmes moins. On a encore cette vision hyper ancrée dans la société que montrer son corps c'est mal. Ma photo n'est pas spécialement choquante, mais on revendique la dualité mal/bien. 
Pas mal de commentaires sur le corps en lui même. J'ai du mal à analyser comment on en arrive à là. C'est assez arriéré en 2017 de critiquer le corps d'une personne. 
@Mutine_

A plus forte raison certains/es sont encore gênés par l'utilisation de nos corps,  quand tu vois un scandale qui éclate suite à l'allaitement d'un enfant dans un lieu public, tu comprends très vite = Corps des femmes vus comme politique. Pourquoi tant d'émoi pour une jambe nue ? Comme si auparavant on n'avais jamais vu les jambes nues d'une femme. On peut très bien se sentir libre tout en étant nue. Les deux ne sont pas contradictoires, il faut bien comprendre qu'on attend pas d'approbation. Une femme est nue, couverte de la tête aux pieds, en mini jupe parce qu'elles ont ENVIE. Elles le font pour ELLES, elles ont le droit de disposer de leurs corps comme elles souhaitent. C'est valable pour n'importe quelle femme sinon c'est beaucoup trop facile. 

Par contre je suis insensible aux : " les femmes se respectaient plus avant", " on peut le prendre comme une invitation. A bien considérer les choses c'est le reflet de cette société qui moule les femmes et qui attendent qu'elles se conforment à cet idéal : pas trop couverte, pas trop cachées. 

En somme j'adore voir des femmes heureuses, qui se trouvent belles et qui se sentent à l'aise avec leurs corps. Malgré les difficultés, le body positive m'a permis de ne plus haïr mon corps, de trouver certaines parties sublimes. 

Photo shot by  Oliver Hadlee (Vogue US). 
Facebook/Twitter

2 commentaires

  1. Merci pour cet article. J'ai passé un incroyable moment de "réalisements" en le lisant...!

    RépondreSupprimer

Nous vous remercions pour vos commentaires.

Copyright © Aloha Tallulah. Design by FCD.