MÉDUSE, KARABA, SORCIÈRE

12 janvier 2017


“For me, hair is an accouterments. Hair is jewelry. It’s an accessory.” Jill Scott

En premier lieu j'ai déjà abordé la question des cheveux afros et de l'appropriation culturelle cependant je ne vais pas refaire un topo sur le sujet (vous pouvez retrouver d'excellents articles sur le web) . Néanmoins je souhaitais affiner mon point de vue notamment sur les cheveux naturels et sur l'appropriation culturelle que je juge toujours illégitime. 

Des mois après les dernières polémiques sur le sujet  l'appropriation culturelle m'énerve toujours autant. Pour être honnête avec vous je n'ai que faire de savoir que les femmes non noires se fassent des locs, des braids, le problème se trouve ailleurs. En passant mon fil Twitter des photos ont attiré mon attention elles provenaient de la campagne Chanel SS 2017, vous pouvez remarquer la coupe de la mannequin Arizona Muse c'est à dire des bantu knots.  Ce n'est pas la première fois qu'on les voit sur des mannequins,  Marc Jacobs avait déjà provoqué la polémique la saison dernière, un blog avait proclamé que la coupe avait été inventé par Marc lui même. Clairement je ne souhaite que m'exprimer en tant que fille noire ayant fait face à de nombreux commentaires sur ses cheveux.

Je considère cette "tendance" comme injuste car ces "extensions/ coupes" nous excluaient des cercles de beauté étant plus jeunes, elles étaient vu comme "étranges, laides ,  mystiques " . C'est pour ça j'ai vraiment du mal avec cette acclamation, comme si elles paraîtraient mieux sur les autres.  À partir de là vous retrouvez les critères esthétiques occidentaux qui à mes yeux sont sélectifs et cette pratique peut s'appliquer aux vêtements, aux accessoires. Parce que venir avec des bantu knots au travail risque de provoquer une avalanche de commentaires du type : As tu oubliée de te coiffer ? Quelle est le nom de ta coupe, elle est bizarre...  Soit vous passez inaperçue et on vous laisse tranquille avec votre coupe mais ce n'est pas le cas la plupart du temps. 
C'est comme ces articles ou on prodigue des conseils pour obtenir une afro sur des cheveux non afro. Dingue ne pensez vous pas ? On critique les femmes aux cheveux afros pour aller les complimenter sur d'autres. Ce n'est pas parce que nous observons une présence en augmentation des cheveux afros naturels dans l'espace public que forcement ils sont mieux acceptés.  Soyons clairs si vous n'avez de cheveux afros de base vous allez pas obtenir une afro en suivant les conseils d'un magazine. D'ailleurs je pense que c'est d'un ridicule (regardez moi j'ai une afro pour la journée c'est marrant comme tout) sachant que des femmes se font recalées à cause de leurs "afros" qu'on considère comme " pas professionnel " . Votre quotidien ne risque pas d'être chamboulée pour une afro qui risque de tenir une heure sur votre tête. Donc les "lubies " de se faire une afro clairement c'est un gros non, en passant toucher une afro sans permission c'est un gros non; si vous souhaitez absolument faire comme certains achetez vous une poupée aux cheveux afros et laissez nos cheveux en paix. Je dis ça mais je trouve que c'est absolument creepy. 


La relation avec mes cheveux, c’est un long et laborieux chemin.
Le plus important, c’est de bien faire comprendre qu’on ne passe pas de la haine à l’amour avec ses cheveux en un jour, ni un mois ou même un an (surtout pas un an). C’est plutôt un long chemin, comme une relation amoureuse, je dirais. On apprend à se connaitre, on se déteste, on s’aime, on questionne notre choix…
Juste avant le BAC en juin 2013, j’ai sauté le pas : BIG CHOP ! FINITO, tout est coupé ! J’en avais marre de défrisages à n’en plus finir, les cheveux plats...
Au début c’était dur à porter, dès que j’ai eu un peu de longueur j’ai fait des mèches.
En y repensant, je sais que l’idéal de la femme aux cheveux longs a eu raison de moi. Quand on commence, on est juste obsédé par l’AFRO, avec un grand A ou les boucles, parce qu’il y a encore ce complexe des cheveux « trop crépus ». 
Clairement, les cheveux crépus c’est une source infinie d’inspiration, le nombre de choses que je peux faire avec, c’est juste dingue.
Je peux dire que j’ai réellement commencé à A D O R E R mes cheveux il y’a deux ans. Pendant deux mois, je ne me suis pas tressée. J’ai joué, découvert et arboré ma couronne crépue !
Lorsque la société nous fait comprendre que nos cheveux, c’est pas top, qu’on doit « dompter » (on est dans animaux, tsai) notre chevelure, on prend du temps à se reconstruire. Mais quand on y arrive, ça fait du bien !
Aujourd’hui, j’ai de longues mèches parce qu’il recommence à faire froid je ne veux pas abimer ce sur quoi j’ai tant travaillé (c’est des heures de travail et beaucoup d’argent) et que j’AIME les longues mèches et pas parce que j’ai honte de ma longueur ou de ma texture mais.. Ma touffe me manque, c’est pour vous dire le chemin qui a été fait. @Aisscream


Puis  revenons à cette manie qui consiste à descendre les femmes noires arborant des tresses tout en faisant un éloge sur celles qui ne le sont pas. Non parce que descendre les coupes en les qualifiant de "ghetto, ratchet , sales , ça fait Fatou  " sur les filles noires et les voir comme esthétiques sur les autres ça va deux minutes. Alors oui nos coupes sont plus que des coupes, elles nous représentent nous et notre culture. J'ai un tête l'exemple des dreads dont les mots "sales, désordonnés " reviennent toujours pour les qualifier or on les a pas utilisés pour designer les dreads de J.Bieber. Et les dreads sur les cheveux des non racisés autant vous dire... je ne préfère même pas me lancer sur le sujet. 
Le problème est le traitement de la question et sa perception non parce que clairement ça me titille de lire des éloges mais de voir que ça ne sera jamais assez bien sur nous. En ce qui me concerne je n'ai aucun souci à porter mes tresses et je n'attends aucune validation de la part de qui que ce soit. La seule chose qui fait défaut est l'inégalité qui subsiste (et qui continuera à subsister pendant très longtemps) sur la notion esthétique. 

En outre  vous vous posez certainement la question du titre, pourquoi ce titre ?  Demandez à une fille noire " Karaba qu'est ce que cela signifie pour toi" vous avez de grandes chances qu'on vous sorte : un des noms qu'on me sortait quand j'abordais des tresses en primaire. Personnellement je me souviens des Karaba comme si c'était hier, Karaba faisait partie des références au même titre que Serpent (nos mèches bougeaient comme des serpents), Méduse...

Quand vous vous prenez des Karaba un peu trop souvent  vous en venez  à vous demander si le problème est votre coupe alors que ce n'est absolument pas le cas. Le problème est le manque d'information et d'ignorance crasse sur les cheveux des Noir/es sans oublier la problématique d'être dans un pays occidental. Pour être honnête la grande majorité de personnes n'ont aucune connaissance sur les cheveux "noirs"  à la limite le défrisant leur dit quelque chose.
Pourtant je n'ai pas encore entendu ces mots sortir pour designer les mèches d'une femme non racisée, à croire que ça serait vachement plus harmonieux. Il y a de fortes chances que vous me trouvez aigrie, jalouse comme on a pu le sortir (on devrait être contentes de voir nos coupes être valorisées) mais non. On valorisait déjà les tresses en les arborant sur nos têtes, on n'avait pas besoin du jour au lendemain que cela soit décrété comme trendy car c'est un effet de mode sur les femmes non noires. 
Et on devrait se taire car maintenant ces coupes sont trendy ? C'est beaucoup trop facile. Railler les femmes noires sur leurs coupes et puis quand celles ci éclatent au grand jour on devrait applaudir. 
Je ne vais pas féliciter des femmes arborant des tresses alors que certaines d'entre elles se moquaient de mes cheveux. Cool , tu as des rastas et après il se passe quoi ? Concrètement il n'y a aucun but, aucune symbolique alors pourquoi s'extasier ? 

Quand le mouvement nappy  a commencé à se faire connaitre, j'étais encore en collège . Mes cheveux mal entretenus, defrisés et cassants n'étaient pas beaux  à voir et c'est en cherchant une solution sur internet que je suis tombée sur le blog de Black Beauty Bag. Elle n'était pas si connue  à l'époque mais avait déjà un sacré impact sur la communauté noire. En voyant ses cheveux je me suis dit et pourquoi pas moi ? Pourquoi ne plus arrêter le supplice qu'était le défrisage Peak & Lovely qui me brulait le crane à me donner des croutes ? Pourquoi ne pas porter les cheveux libres volumineux et versatiles ? Il ne m'a fallut que quelques semaines pour demander à mon père de procéder un big chop. J'étais fière, je me sentais consciencieuse de mon acte car couper ses cheveux pour une adolescente, plutôt mal dans sa peau c'est quelque chose d'autant plus qu'aux yeux de beaucoup, une femme sans longue chevelure perd tout de sa féminité. M'enfin c'était la la nouvelle moi. Malheureusement j'ai lu nulle part que cela pouvait avoir des conséquences négatives.
La Famille 
Le cheveu  a poussé , exit  le TWA (teeny weeny afro) et bonjour à l'afro puff, chignons et coiffures protectrices. Jusqu la rien de grave  mais quand j'envisageais l'afro  il m'arrivait de me prendre des  remarques et pas toujours positives.
Une fois mon père m' a balancé  " tu vas sortir comme ça " T'es moche comme ça .J'étais bien dans ma peau, je voulais marcher  fièrement la tête bien droite avec mon afro sur la tête mais après avoir entendu ça c'était impossible. J'ai quand même eu  l'audace  de sortir avec mon afro  mais chaque regard que les gens portaient sur moi je le subissais. Je ne comprenais pas qu'un père  dise à sa propre fille qu'elle était laide avec ses cheveux naturels, libres sur son crane. Que des étrangers, amis me fassent des remarques désagréables allaient pour moi j'étais déjà dans le mal être alors une remarque de plus ou de moins... De mon père cela me faisait regretter mon geste , me donnait l'envie de me défriser les cheveux d'être comme amies de l'époque. Même aujourd'hui encore  je me demande si je lui plais quand il me voit avec l'afro.
L'Emploi
Un truc que mon père m'a dit une fois " t'es déjà noire alors si tu portes  tes cheveux comme ça ..."Ah bah ouais, je me suis longtemps voilé la face concernant le port du cheveu naturel en milieu pro, jusqu à je puisse travailler.
Peu avant l'été j'avais postulé à un poste d'hôtesse. Je n'avais pas envoyé les  photos demandées juste celle qui figurait sur le CV. J'ai reçue un appel téléphonique quelques jours après. La femme à l'autre bout du fil  me pose les questions banales: disponibilités,  lieu de résidence, etc. Vient alors une question à laquelle je ne m'attendais pas " Vous avez les cheveux défrises ? " Un peu choquée par la question  il m'a fallut du temps avant de lui répondre que non , ils n'étaient pas défrises mais que je pouvais  les lisser , les attacher convenablement, mais en entendant ma réponse elle a décidée d'écourter l'entretien téléphonique par un bref " nous vous rappellerons (d'ailleurs j'attends toujours  votre appel Pénélope + joke). Je voulais tellement ce job que j'étais prête à renier mes cheveux une partie de moi l'était. C'était ma première discrimination à l'embauche  et je m'en voulais d'avoir les cheveux crépus. Maintenant il m'arrive de voir des hôtesses  avec leurs cheveux naturels   portés en chignon. Ça me rassure mais combien d'entretiens écourtés ont elles subi ?
Une chose que j'ai appris depuis que je porte mes cheveux crépus c'est que nous avons beau porter nos cheveux crépus ils ne seront jamais  les mêmes aux yeux de certains. Les cheveux naturels sont divisés  en  différentes sections  (je n'y aucune utilité d'ailleurs). La quatrième étant celle désignant les cheveux les plus bouclés donc plus épais, sujet à plus de remarques, de préjugés, bref , les moins désirés. Déjà dans les médias à chaque fois  qu'une femme de couleur à la charge d'apparaître dans spot publicitaire, elle avait les cheveux bouclés ou défrisés jamais aussi crépu que les miens. Nous sommes transparentes.
@OhHershel

Ensuite j'aimerai terminer sur la question des cheveux naturels en évoquant un angle communautaire, ce que je n'avais pas fait la dernière fois. Les critiques les plus virulentes venaient de mon entourage autant vous dire que je ne suis pas nappy pour une certaine raison que je n'évoquerais pas.

Je me rappelle de ce commentaire : mais vos cheveux ils ressemblent à des poils . J'étais jeune et pas déconstruite je n'ai pratiquement pas fait abstraction. J'étais un peu secouée par cette remarque il n'en reste pas moins que je l'ai pas reprise. Ce genre de petites remarques j'en ai connu à la pelle plus particulièrement sur les cheveux 4B-C (les plus crépus). De surcroît le mot crépu est tabou dans mon environnement, on n'aime guère l'utiliser pour définir nos cheveux alors qu'ils sont crépus. Je n'ai jamais essayé de chercher pourquoi, la seule réponse fut la suivante : ce n'est pas beau à entendre, c'est moche. Ça renvoie à des cheveux mal soignés, vu comme trop hirsutes. Le comble reste cette phrase " les cheveux naturels ça ne va pas à tout le monde " je vous laisse deviner mon sentiment. Comment peut on sortir à une personne que ces cheveux ne vont pas lui aller ? C'est d'une folie sans nom. Imaginez je sors à une personne aux cheveux lisses que ces cheveux ne lui vont pas ? Quel absurdité. Et je vous passe le reste...

Ce n'est pas pour paraître affreuse, mais les premières remarques proviennent de l'entourage proche   avant  l'environnement extérieur qui ne fait que rajouter une couche. Si on ne vous apprend pas à aimer vos cheveux ou ne pas les mettre en valeur, vous risquez de plonger dans le self hate. Je ne dis pas que ça arrive très souvent mais ça joue énormément sur la perception de soi même. 
Quand vous voyez les éloges sans cesse des boucles 3b/ 3c, il ne faut pas aller loin pour comprendre le pourquoi de ce type de phrases : Je veux les mêmes cheveux qu'elles contrairement aux miens ils sont beaux. Je vous écris mes pensées alors que  j'ai peur qu'elles soient mal interprétées. La question des cheveux est toujours un sujet sensible, vous pouvez vous prendre des aigries/jalouses et j'en passe car vous avez oser soulever ce point. Je ne dis pas que les cheveux 4b/4c ne sont pas promus, cependant  il n'empêche qu'ils n'ont pas l'attention qu'ils méritent. Ils sont tout aussi beaux que les autres, mais nous connaissons déjà les raisons de ce " rejet".

Au final le fait de s'aligner contre l'appropriation culturelle ne fait pas de nous des " Angry Black woman " parce que sincèrement on s'en moque de savoir si vous arborez des vanilles ou dreads; ce qui nous intéresse est juste de comprendre pourquoi ça serait accepté sur vous avec toute l'esthétique qui va avec et non le contraire. C'est de comprendre pourquoi nous serions constamment  shamées sur nos cheveux qu'ils soient naturels, porté en tresses /wig alors que les autres font la même chose. Nous voyons des femmes arabes, européennes dans les salons afro pourtant on entend aucun débat sur la question.

Photo from Flare Magazine. 
Facebook/Twitter

Enregistrer un commentaire

Nous vous remercions pour vos commentaires.

Copyright © Aloha Tallulah. Design by FCD.