IMAGE ET ESTHÉTIQUE DU CORPS FÉMININ

14 décembre 2016


“Don't change your body to get respect from society. Instead let's change society to respect our bodies.”  Golda Poretsky 


Vous vous demandez sans doute pourquoi nous avons choisi un tel titre ? Il correspond à la relation conflictuelle que nous avons avec nos corps. Ce corps à la fois tant aimé et tant détesté dont nous sommes jamais satisfaites. Ces corps féminins au centre de l'attention depuis des millénaires ont été glorifiés et dominés au sein d'une société masculine. Ce corps qu'on doit apprendre à aimer et à ne pas craindre à cause de l'attention, du désir et parfois du mépris qu'il suscite.

J'ai grandie avec l'idée que le corps féminin ne pouvait être vu, qu'il se devait d'être caché de façon sobre et élégante. Pour convenir à une sorte de respectabilité sociale de plus en plus forte, j'ai toujours eu la sensation de ne pas être la maîtresse incontestée de ce corps qui est le mien. Ce corps changeant et soumis à des diktats depuis l'adolescence était une source de conflits. Cette citation de Fiona Apple correspondait à l'image que je m'étais faite de mon corps : " I've gone through stages where I hate my body so much that I won't even wear shorts and a bra in my house because if I pass a mirror that's the end of my day"

Je n'osais pas sortir en short car je pensais que mes jambes étaient beaucoup trop grosses pour être exposées. Ce corps me faisait si honte qu'il m'a fallu du temps pour que je puisse prendre confiance en moi et accepter le corps que la nature m'avait donné.

 Avez-vous remarquer que l'on ne présente jamais les Hommes par leurs corps ?
Les femmes sont toujours décrites par leur apparence physique, combien de fois j'ai pu lire dans les magazines en tout genre la "pulpeuse Monica" et j'en passe. Pensez-vous qu'on présenterait un homme par : " l'acteur aux formes sublimes " ?
Je prends l'exemple de la célèbre mannequin Naomi Campbell qui a été affublé de divers surnoms "exotiques" tel que Naomi la panthère pour mettre en évidence sa "grâce féline" donnée par Mère Nature . Pathétique ...

Les qualificatifs relatifs au bestiaire pour désigner les femmes des autres communautés c'est à dire non-blanche sont légions . Les fameux "Aicha la gazelle ou encore Fatou la tigresse" existent encore. Comme si ces femmes qui venait d'ailleurs auraient en elles un charme exotique qui seraient en communion avec un esprit animal... Pff n'importe quoi !
Lors de l'éclatement de l'affaire Baupin j'ai pu lire certaines remarques qui m'ont laissé sans voix. Des paroles outrageuses sur le physique d'Emanuelle Cosse comme : je le comprends Baupin vu le physique de sa femme je suis guère étonné" ou " si j'avais épousé Cosse j'aurais certainement fait la même chose" .

Il n'y avait aucune remise en question sur le comportement de Baupin, la responsable de tout ceci était Emmanuelle Cosse car cette dernière ne serait pas assez "jolie" et ne "contenterait pas assez son mari". Attendez attendez PAUSE !!!! En quoi le physique d'Emmanuelle Cosse influencerait les agissements de son mari ?! Ce dernier est juste un homme politique se croyant tout permis de part son statut "soit disant" d'homme fort.
Les réseaux sociaux n'ont fait que m'exaspérer à un point de non retour durant cette affaire tant par les commentaires désobligeants que les remarques stériles et sans intérêts.
 
Dès le plus jeune âge nous FEMMES sommes confrontés à la pression sociale et culturelle sur notre enveloppe charnelle ! Hé oui trop souvent on dit à la petite fille qu'elle se doit d'être coquette et bien habillée car c'est son rôle de fille. Une sorte de princesse en détresse toujours apprêtée afin d'être sauver pour épouser le prince machiste qui met 120 plombes à arriver. Telle est l'ironie des contes pour petits.

Au moment de ce grand passage de la vie qu'est l'adolescence nous prenons TOUTES en quelque sorte un virage à 180 degrés car avec l'apparition de la puberté de nombreuses choses vont changées. D'autres vont arrivées comme les complexes, les poils, les règles, la perte de confiance en soi et j'en passe. Tout un programme en somme...

Pour ce qui est des règles, j'ai commencé à être réglé à 13 ans. Je n'ai jamais eu des règles vraiment douloureuse mais je sais que pour beaucoup d'entre nous ce n'est pas spécialement le cas.
Concernant les poils je n'ai pas une pilosité vraiment abondante, mais depuis l'âge de 14 ans je dirais j'ai commencé à me raser ou à m'épiler. Souvent une femme qui ne l'est pas est considéré comme négliger, donc je suis assez méticuleuse sur ça et je veille à toujours bien l'être.

Certainement d'avantage depuis que j'ai commencé à sortir avec des garçons et à avoir une vie "sexuelle" je dirais. On s'en fiche un peu étant plus jeune d'avoir quelques repoussent sur les jambes notamment, étant donné que la plus grande majorité du temps personne n'a à les toucher ou à les voir. Je pense qu'on commence plus sérieusement à être très régulière sur ça quand on commence à grandir et à avoir des relations, voulant toujours paraître niquel aux yeux de l'autre.

La norme aujourd'hui est qu'une femme est zéro poil aussi bien pubiens que sur les jambes ou aisselles une sorte de pression supplémentaire face à la virilité que l'Homme se doit d'avoir.
Le poil est considéré un peu comme un caractère typiquement masculin et aujourd'hui même un homme assez poilu notamment du torse va être plus facilement complexé et sera amené à vouloir s'épiler, la pression pour les filles et d'autant plus grandes.

J'ai des amies filles notamment, qui durant le collège étaient souvent moquées quand elle avait un duvet assez important au niveau de la lèvre supérieure et ont donc commencées à s'épiler ou encore à le blondir .

Pour ce qui est de la pression par rapport à mon corps je dois l'avouer je ne pense pas être vraiment complexé de quoi que se soit aujourd'hui. Je pense être bien dans ma peau et l'apprécier telle que je suis, ou du moins je fais tout pour être satisfaite de mon image et être à l'aise avec elle. Auparavant par contre notamment au collège, ayant ou jours était assez svelte et beaucoup plus étant plus jeune, j'avais un peu plus de pression. Je voyais autour de moi beaucoup de fille commencer à avoir de la poitrine ou des formes alors que pour mon cas je suis rester longiligne assez longtemps. Beaucoup de garçons de moquer de moi et m'appeler planche à pain. J'enviais ces filles qui avait déjà de la poitrine et en avait marre d'être moquer et était mal à l'aise en étant en maillot ou dans les vestiaires avec les autres filles par rapport à ma poitrine -
Je ne m'acceptais tellement pas à ce niveau surtout vers 14 ans que j'étais même amener quelques fois à mettre du rembourrage dans mes soutifs (oui en y repensant j'ai assez honte d'avoir un recours à ça, c'est assez stupide je dois dire), mais ça me permettais de ne plus avoir à trop rougir de mon manque de poitrine... Mais arrivée au lycée à l'âge de 15 ans ma poitrine a  commencé à davantage se former et à prendre forme et mon corps à commencé à changer et j'ai subitement senti le regard des autres changer autour de moi. 
Subitement moi la petite filiforme sans poitrine avec un corps d'enfant à commencer à avoir un peu plus de forme et un corps de femme, et les garçons qui autrefois aimaient tant se moquer de ma maigreur et commencer à changer d'attitude à mon égard et j'ai donc vu cela comme une revanche un peu sur la vie haha. 
J'ai commencé à prendre plus confiance en moi, à m'accepter et d'une certaine façon aimer bien la nouvelle manière dont les autres me percevaient surtout la gente masculine, qui subitement ont commencé à me trouver de l'intérêt qu'elle ne me prêtait pas avant.
Aujourd'hui à l'âge de 20 ans, comme je pense, beaucoup de jeunes femmes de ma société je suis assez préoccupé par mon apparence, et je recherche sans cesse à être en phase avec mon image et à me plaire à moi avant tout. Je n'ai pas une pression particulière que je subirais par rapport à mon poids ou autres, étant toujours assez mince je n'ai jamais eu de pression par rapport à cela, mais pour une question de santé j'essaie de manger le plus sainement possible et de manière équilibré et je fais beaucoup de sport, et cela m'apporte beaucoup de satisfaction. Anonyme 

 En effet, le corps féminin est traité de différentes manières et est soumis à différentes pressions afin de ressembler au corps idéal.
A travers des vecteurs de communication, on renvoie ce corps à un certain modèle physique qui est celui de la femme mince,élancée faisant une taille 34-36. Quelle image cela renvoie aux femmes n'ayant pas le physique type ?

Cette pression s'est accentuée avec les réseaux sociaux  plus  spécifiquement avec Instagram et Twitter qui renvoient  à des post bad c'est à dire des filles correspondant aux critères physiques et qui donne une image loin de la réalité. Effectivement une femme avec une taille X ultra serré sans cellulite/vergetures et le gabarit de Nicki Minaj excusez moi mais nous éloignons un peu de  la réalité. 

Prenons un exemple tout bête : la poitrine ! Les seins se doivent d'être ronds,fermes et galbés sauf que tous les seins ne ressemblent pas.
Je me rappelle de ces filles à la poitrine généreuse se faisant critiquer sur Twitter car leurs poitrines généreuses  ne ressemblaient pas à celles  qu'on voyait. J'avais juste envie de leur dire que les seins plus  spécifiquement  les gros n'échappent pas à la gravité (bien évidemment je ne parle pas de tous les seins). 

Nous savons tous que les seins pommes sont la paire idéale mais il faut arrêter avec cette vision du sein pomme. Il y a un manque de connaissance et une désinformation extrême sur le corps que certains n'arrivent même plus à différencier un corps. Elle se manifeste aussi par la différenciation de la perception du corps masculin et féminin. De surcroît  le corps grassouillet est plutôt vanté sur les hommes, ils atteignent une certaine maturité que les médias aiment nommer " Daddy Body"   tandis que pour les femmes le laissez aller n'est pas permis. IL faut toujours qu'on soit au top même après un accouchement  comme si on n'avait pas le droit de relâcher la pression. Nous sommes toujours bridées vis à vis de notre propre corps.
 
C'est pourquoi  que j'apprécie le body positive, une initiative lancée sur les réseaux sociaux ou les membres partagent une photo de leur corps sans artifice et aucun complexe mais juste de la confiance et de l'assurance. 

Depuis quelques années nous assistons au phénomène body positive, mouvement qui participe à accepter son corps tel qu'il est et en promouvant de nouvelles silhouettes éloignées des standards actuels.
Cependant ce body positive  ne s'écarte pas  des canons de beautés, les filles qu'on met en valeur ont pratiquement toute les mêmes morphologies : X ou A mais encore la silhouette en 8 mais avec des kilos en plus. Avec l'avènement des réseaux sociaux cette pratique est plus flagrante, le combo hanches larges  + taille de guêpe + fessiers ronds / jambes fines + taille de guêpe + fessiers ronds fait fureur .

Les nouvelles icônes sont des Ashley Graham, Iskra Lawrence mais encore Gabi Gregg. 
Par ailleurs j'ai vraiment du mal à considérer certaines de ses filles comme "plus size" sachant qu' elles font du 40 , 42  et qu'il n'y vraiment pas de différence entre elles et une Karla Deras excepté une dizaine de kilos en plus. C'est bien qu'il y est de nouvelles formes, de la diversité mais ce n'est qu'un leurre car ce sont toujours  les mêmes corps que nous voyons. Par ailleurs nous voyons très peu de femmes racisees mises en lumière, la beauté eurocentrée reste la norme. En outre le corps des racisees est beaucoup plus exposé aux critiques notamment ceux de Serena Williams dont le corps est considéré comme trop masculin, parfois j'ai l'impression que les gens oublient qu'elle est une athlète de haut niveau. A quoi s'attendent ils ? En général les corps " musclés " sont vus comme peu attrayant car ne correspondant pas à la norme ; on les juge en utilisant le terme " non féminin" au sens classique. 

A mon sens le body positive participe à une nouvelle vision du corps féminin, des corps plus curvy mais qui reste dans cette optique de perfection. Autrement dit les corps qu'on nous retranscrits sont considérés comme beaux, ils sont validés car ils restent dans la norme que la société impose aux femmes. J'aimerai plus voir des corps "imparfaits " c'est à dire des corps de femmes n'ayant pas de hanches, des dos de nageuses, des corps avec un élément qui fait toute la différence pas nécessairement avec les morphologies A ou X.
Ce qui me dérange le plus est le manque de lumière fait sur les corps en O, H et V, c'est lassant de toujours de contempler les mêmes types de corps comme si elles correspondaient plus à l'image du corps féminin. 

De plus le mouvement a engendre un phénomène que j'observe assez souvent sur Instagram : les waist trainers. Une partie des influenceuses nous vantent les effets du waist trainer sur l'amincissement de la taille néanmoins ces waist trainers n'ont aucun effet sur la taille. Malheureusement on les prévient pas des effets du waist trainer, en effet le waist trainer est tout sauf recommandé pour la santé.  Si vous avez une morphologie en H et que vous souhaitez avoir la morphologie X, vous reviendrez très vite à la réalité car il est peu probant de l'obtenir même en ayant une bonne activité physique.

Le constat que je fais est la taille, toutes les femmes que nous apercevons ont une taille. Je n'en vois quasiment aucune avec la silhouette H seulement lorsqu'elles sont minces du type Rihanna ou Zoe Kravitz qualifiées de désirables donc des femmes correspondant aux normes. Je n'ai entendue aucune critique envers les corps des mannequins Doutzen Kroes et Adriana Lima qui n'ont pas de taille pourtant je peux en lire sur des femmes faisant du 40, 42  comme cette phrase "Je préfère être grosse avec une taille sablier qu'être en H et ne pas avoir de taille ". 

Par ailleurs les corps en H sont mieux vus sur les filles minces, une similarité qu'on peut retrouver avec les autres morphologies.  A l'heure actuelle  vous ne verrez pas une femme pulpeuse sans taille, j'ai essayée d'en trouver en cherchant sur internet et c'est vraiment compliqué. Si vous avez des forme, vous avez obligatoirement une taille marquée  (pas forcement ex: Jill Scott)  ; la taille est un marqueur de féminité par excellence. Personnellement j'ai reçu peu de critiques sur mon manque de taille cependant j'ai eu l'impression qu'on avait pitié de moi " la pauvre elle n'a pas de taille ".  Le fait de ne pas avoir la bonne morphologie peut vous faire sentir moins attirante car il manquerait cette petite chose pour vous sentir véritablement à l'aise, tous les jours vous n'observez que les mêmes filles car les femmes comme vous ne semblent pas exister du moins médiatiquement parlant. 

Alors j'avais déjà bien remarqué que le mvt body positive surtout concernant les filles grosses reprenait exactement les mm standards de beauté que pr les filles minces.
A savoir ventre plat taille marqué fesses rebondies.
Du coup étant H avec un peu de ventre ma morpho n'est jamais mise en valeur sauf sur les filles minces style Rih.
Cest qd mm problématique parce que du coup en tant que grosse je me sens 2 fois plus mise au ban de la société normée. Dc "heureusement" on a des seins (je l'ai tellement entendu ds ma vie) .

Ms en attendant ça complexe encore plus les gens.Et oui sur les corps minces toutes les morphos passent. D'ailleurs elles ont même le droit d'être molle, etcMs qd t'es grosse et pas 8 ou A faut être ferme attention..Et c'est pr ça que bien svt, je rejette le soit disant mvt fat positive car il est hypocrite. On tolère uniquement le gras bien placé.

Les autres cachez vous surtout. On existe avec nos ventres, nos hanches pas très développées. Nos fesses plates parfois. PoupéeAfro



A plus forte raison les modèles curvy qu'on nous vante tant ont pratiquement les mêmes courbes, c'est vraiment rare de trouver une différence. Il y a une volonté d"uniformiser les corps tout en restant sur la ligne centrale, j'ai la sensation que cela renvoie à un message codé " Ne nous embêtez plus maintenant nous affichons des femmes avec des corps différents ".
Du reste je distingue une conformité concernant les bourrelets qu'on ne veut pas trop voir ou les seins qui se doivent d'être bien hauts. Il y a quelques années j'aurais tirer la tête devant des bourrelets et des seins qui tombent en attendant je trouve cela très sensuel. 

Pour toutes ces raisons je pense que le body positive a ses limites, c'est un super mouvement qui permet une meilleure visibilité tout en accentuant certains corps au détriment des autres. Tout le monde est euphorique car nous avons de nouveaux corps pour s'identifier mais à quoi bon afficher de nouveaux corps si nous arrivons toujours pas à nous identifier ? On pourrait voir cela comme de la malhonnêteté et de l'hypocrisie. Au final on nous vend toujours les mêmes corps, mais camouflés d'une différente manière. 
Photo from the Wall Street Journal. 
+ Les différentes formes de seins : 1 - 2

Enregistrer un commentaire

Nous vous remercions pour vos commentaires.

Copyright © Aloha Tallulah. Design by FCD.