LES GARÇONS NE JOUENT PAS A LA POUPÉE

17 novembre 2016




"Le plus beau chez un homme viril c’est un brin de féminité. Le plus beau chez une femme féminine c’est un peu de masculinité" Susan Sontag


Excusez nous  nous cherchons des vêtements pour une petite fille, nous souhaitons uniquement des vêtements de couleurs roses.


Cette phrase m'a été sorti par une cliente du magasin dans lequel je travaille. Je me souviens de cette mère de famille accompagnée de sa mère qui cherchait des basiques pour sa petite fille, elle les souhaitait absolument rose car le rose est la couleur féminine par excellence pour une fillette. Sa mère lui a répondu : tu ne vas pas chipoter pour des basiques, ils sont unisexes.
A force de travailler dans une boutique de prêt à porter, vous remarquez l'impact du genre et les comportements qu'adoptent les clients par à rapport ça. Par ailleurs je l'ai remarquée sur le tard mais le sexe influence énormément les  choix d'une grande majorité d'individus dont les membres de ma famille.

Tout d'abord j'ai grandi dans un environnement conservateur ou les actions  étaient faites  en fonction du sexe de la personne. Il y' avait une différence de traitement entre les filles et les garçons, on sortait souvent aux garçons qu'ils ne pouvaient pas pleurer comme des filles. C'est à dire qu'ils ne devaient pas éclater en sanglots  et encore moins comme une madeleine. Ils avaient droit à cette fameuse phrase : pourquoi pleures tu ? sèches tes larmes tu n'es pas une fille. Je n'avais pas conscience que le tout était fait pour que les garçons suivent le modèle masculin classique afin de finir comme des "  vrais hommes " c'est à dire virils, droits et ne montrant pas leurs émotions. 

Les parents étaient durs afin que leurs garçons soient de vrais garçons, ce qu'ils les effrayaient le plus fut qu'un des leurs fils soit efféminé ou n'adoptant pas le comportement classique du garçon. Les garçons devaient défendre les filles et comment allaient ils défendre les filles si ils se comportaient comme elles ? Ce fut et c'est la plus grande hantise de mon entourage, on passera plus facilement sur une fille qui est un garçon manqué qu'un garçon ayant adopté des codes du sexe opposé. Ce qui revient à dire que la société ne veut pas d'hommes faibles, qui pleurent ou qui craquent. Ainsi je n'ai jamais vu un homme pleurer ou craquer même quand il était épuisé et à bout, il y a toujours cette interdiction d'être fragile. De plus on en voit rarement des hommes qui se lâchent dans les médias, dans les séries télés, mais pour faire pleurer une femme on y va très fort .

Quant aux filles leurs comportements n'était pas aussi dictés que ceux des garçons, elles pouvaient jouer à  action man personne ne risquait de faire des sous entendus. Le contraire était juste impossible, dès la petite enfance  une règle étaient entrées dans la tête des garçons : les poupées c'est pour les filles. Un garçon avec une poupée Barbie à la main : SACRILÈGE ! Il y avait cette peur tenace que les garçons se transforment en filles... ou pire en homosexuel, aujourd'hui je trouve la chose très ridicule. Je ne vois pas quoi cela risque de tuer un garçon de jouer à la poupée, du moins je n'y vois aucune objection.  C'est d'un ridicule mais vous vous vous rendez compte que l'enfance joue un rôle important, elle nous façonne à devenir ce que la société attendra de nous c'est à dire se comporter selon son sexe. Quand vous vous rendez dans un magasin de jouets les jouets sont séparés en fonction du sexe, vous ne retrouvez pas de cuisine à monter dans le rayon garçons. Vous allez me dire :  Et alors ?
Justement cela a un effet sur la vie d'adulte  plus particulièrement sur les répartitions des taches dans les foyers. Qui s'occupe en majorité des taches que sont  faire la vaisselle, la cuisine, nettoyer ? Les femmes. Il n'y a pas besoin de réfléchir à deux fois pour y trouver la corrélation entre la cuisine à monter et la répartition des taches. De même on a tendance à critiquer les femmes ne sachant pas cuisiner autant les hommes sont à pardonner. Cette idée que la cuisine est inné chez les femmes est tellement répandue, que quand vous ne savez pas cuisiner  (c'est mon cas)  vous avez le droit à  : Tu ne sais pas cuisiner ? TU n'a pas honte à ton âge ? Pourtant un homme qui ne sait pas cuisiner ne se fera pas réprimander par quiconque on lui sortira : ce n'est pas grave, c'est normal tu es un garçon. On nous enseigne des  l'âge de trois ans à agir selon des hommes et des femmes.

En outre cela concerne plein d'autres domaines dont celui des   cosmétiques. Les fameuses boites qu'on retrouve que chez les filles, tout le monde encourage les petites filles à aimer le maquillage. C'est absolument normal pour une fille d'aimer se maquiller, c'est naturel comme on me l'a sorti mais sur un garçon : absolument pas ! Je me rappelle quand on me sortait : t'es une fille tu dois savoir te maquiller c'est important ! Toutes les filles de ton âge se maquillent, ce n'est pas normal que tu ne te maquilles pas ! Le rouge à lèvres c'est uniquement fait pour les filles, imaginez vous un homme avec un rouge à lèvre rouge ? Ce sont aussi les mêmes personnes qui ont du mal  à voir un homme avec une jupe pourtant  (oui) les hommes portent des jupes et aussi bien que les femmes. UN homme portant une jupe est vu comme dévirilisé, j'ai entendu dans mon entourage :  un homme qui porte une jupe ce n'est pas un homme, y a que les ''nanas'' qui portent des jupes. Personne n'a jamais dit que les jupes n'étaient faites que pour les femmes, il n'y a pas d'interdiction pour les hommes souhaitant porter une jupe. Par exemple j'ai pu observer que les vêtements unisexes étaient  toujours reproduit sur le modèle masculin jamais féminin. Le tout était moulé pour que le vêtement moule le deux sexes, imaginez vous un instant le tollé que cela provoquerait ? "Telle marque lance sa collection gender basé sur des coupes "féminines" On aurait droit  à : c'est inacceptable, on souhaite nous faire imposer tout et n'importe quoi.  La preuve est qu'on assiste à une construction de la masculinité et de la féminité  dans une société ou le sexe signifierait quelque chose du comportement/caractère de la personne. Le fait de s'éloigner de ces codes risque de faire une personne une marginalisé parfois persécuté dans une société ou une norme est imposée à ses membres.

Continuons par le jeu des couleurs plus précisément le fameux " les filles aiment le rose / les garçons aiment le bleu " , une tendance que j'ai remarque c'est d'offrir ces fameuses couleurs aux nouveaux nés. Il faut du rose pour une petite fille, généralement l’idée d'offrir autre chose que du rose ne vient pas  à la tête des gens. Puis le rose c'est la couleur favorite de Barbie, la délicatesse en somme le rose est la couleur féminine. Vous trouverez bien nombre de produits aux packaging rose du moins dans des teintes très rosés comme si nous aimions que le rose. C'est drôle ça même chose concernant les garçons on n'arrive pas à concevoir qu'un garçon puisse aimer le rose sinon c'est une fillette (entendu dans la rue " le rose c'est pour les fillettes ").

D'autant plus que l’idée de genre est plus tenace aux niveaux des personnalités qu'on confère au sexe féminin et masculin. Dans mon entourage familial  une femme se doit de parler doucement ne pas élever la voix pour rien, elle doit se comporter d'une certaine manière c'est à dire se comporter en sainte. Que signifie sainte ? une femme vertueuse, gentille, adorable, ,serviable, rêvant du prince charmant  à peu prés ce qu'on attend des filles non ? Autrement elle est risque de passer pour une hystérique, hystérie qu'on attribue seulement aux femmes. Je n'ai jamais entendu dire: Cet homme est hystérique, mais cette jeune femme est hystérique. De surcroît  il y a équivalence d'attente chez un homme, un homme se doit d’être fort, courageux, protecteur. Chez moi il est impossible de voir un homme autrement que par ces qualités. Un homme qui n'est pas courageux ? c'est un peureux, un lâche. Une femme qui n'est pas  courageuse, on lui pardonnera on mettra ça sur le dos du sexe, mais pour un homme ça serait trahir sa condition d'homme. Si il n'est pas courageux qui protégera  sa famille ?

A fortiori ses stéréotypes on les retrouve dans la vie de tous les jours, en effet il y a fameux formatage qui consiste à diviser    les filles et les garçons sur leurs capacités.
Vous pouvez prendre l'exemple de la  fille qui ne sait pas bricoler / le mythe des filles qui sont nulles en travaux manuels, les filles seraient incapables de réparer une chaudière ou la tuyauterie d'un robinet. Évidemment comme tout le monde le sait nous avons besoin d'une aide masculine pour monter nos meubles. C'est grotesque et d'une bassesse à sous estimer nos compétences, encore une idée qu'on nous inculque. Entre autre vous avez aussi le génie  inné des garçons pour les sciences (celle ci est bien drôle) du fait de leur sexe ils seraient meilleurs que les filles.

La question à se poser est :  Quelles sont ces fameuses caractéristiques qu'on attribue au sexe ? Suis je une fille parce que j'aime le rose ? Est ce que j'aime le rose parce que je suis une fille ?

En définitive le genre ne nous affecte pas de la même façon qu'on soit fille ou garçon. Je ne vois aucun mal à élever ses enfants de la même manière sans leur insuffler cette construction sociale lourde de conséquences et d'effets sur le long terme. Néanmoins je pense que la masculinité est  aussi écrasante que la féminité.

A lire : 17 Guys Who Don’t Give A Shit About Gendered Style Rules . +  No Gender 

Enregistrer un commentaire

Nous vous remercions pour vos commentaires.

Copyright © Aloha Tallulah. Design by FCD.